Projet pour une femme seule qui accueille épisodiquement sa fille, jeune adulte.

Travail des volumes :
Au rez-de-chaussée, seuls les réseaux sont mis aux normes, un garage généreux, bien appréciable dans un centre ville, reste intact. Je crée une grande buanderie qui libère de l’encombrement dans les espaces de vie.
L’entrée de la maison se fait par un couloir menant à un petit hall et mène à l’étage par un joli petit escalier en pierre.

Au premier étage, trois volumes distincts.
Une belle pièce de 30 m² avec une belle hauteur sous plafond est attenante à l’ancien hall de la maison, probablement à ciel ouvert autrefois, dont l’escalier en pierre a été condamné par les anciens propriétaires.
Il paraît évident de revaloriser cet espace et ré-ouvrir l’escalier condamné. Je supprime l’escalier en bois qui défigure la pièce principale.

Au deuxième étage une chambre condamnait l’escalier et jouxtait une petite tropézienne située plein sud. L’ensemble des travaux et aménagements ont été réalisés par les précédents propriétaires avec un amateurisme qui ne laisse d’autre opportunité qu’une reprise complète.
La cliente, travaillant chez elle, a le souhait d’un agréable bureau avec vue sur la cour. Une toiture en verre est d’abord envisagée puis abandonnée pour des questions budgétaires. Une large baie rythmée en trois parties apporte cachet et luminosité.
Deux belles chambres, un couloir-dressing, des toilettes et une spacieuse salle de bains prennent place dans la deuxième partie de l’étage.

Façade côté cour:
La reprise des murs en pierres de la cour ainsi que l’habillage du sol se feront dans un deuxième temps.
Je recherche donc par la fermeture de la petite tropézienne à l’étage et le changement des menuiseries du rez-de-chaussée, a créer un ensemble au parti pris esthétique fort.
J’opte pour des menuiseries en alu anthracite sablé, en accordéon pour optimiser la relation intérieure-extérieure pour le rez-de-chaussée et des ouvrants à la française en partie haute seulement pour l’étage, la partie basse servant de garde corps.
Un rythme en trois parties avec traverse horizontale donne un style atelier.
Je dissimule la toiture en tuiles de la partie neuve par des casquettes débordantes en béton enduit. Elles masquent également les gouttières et viennent rompre radicalement les murs d’origine par ce jeu de lignes.
Des brises vues en bois créent la séparation avec le voisinage très proche et apporte par leur matière douceur et modernité.

Pièce centrale:
La cuisine deviendra l’élément principal de la pièce à vivre, un îlot central servant de coin repas est suffisant en taille pour le quotidien de la cliente. Pour des questions budgétaires, la cuisine aux façades bois existante est conservée partiellement. Un plan de travail imitation granit noir en forme de U induit par sa matière et sa forme une touche de modernité à cette enfilade aux façades pourtant classiques. L’ilot central lui, est revêtu d’un effet bois foncé et structuré. De larges cadres en acier le prennent en sandwich de part et d’autre. Cet effet encadrement valorise les côtés de l’îlot recouverts de faïences à l’esprit années 50. En acier toujours de longues et fines étagères rythment la longueur du mur de la cuisine. Elles font écho aux cadres de l’îlot central et aux poutres en acier ajoutées au plafond de la pièce pour le renforcement du plancher de l’étage.
Un grand placard fonctionnel suscite la surprise, dissimulé derrière un joli papier peint bleu canard an motif géométrique.

Carrelage :
Au premier étage, un joli carrelage, effet carreaux de ciment préserve l’esprit de la maison. Cependant ses dimensions et son calepinage asymétrique créé un rythme incroyable qui agrandit visiblement les espaces. Sa couleur gris béton joue la carte de la modernité.
A l’étage supérieur la pose du même carrelage noir cette fois-ci, joue la fantaisie selon les pièces. Un parterre aux carreaux de ciment à motifs noir et blanc 20x20 trône dans l’espace bureau. Un chemin de carreaux à motifs 45x45 dessine le couloir. Des cabochons épars dans les chambres singularisent ces petits espaces. La surprise encore jusqu’au sol de la salle de bains où tous les motifs 20x20 cohabitent aléatoirement.

Salle de bains :
La belle hauteur sous plafond et la grande fenêtre autorisent de scinder en deux l’espace par une grande douche à l’italienne dont les cloisons s’arrêtent à mi hauteur.
D’un côté le coin lavabo, de l’autre la partie humide. L’accès à la douche devient par la même occasion l’endroit où l’on se sèche, les serviettes chaudes étant à disposition.
Le grand bac en forme de L, extra plat, couleur terre cuite, contraste avec la faïence gris béton des murs et les divers motifs noir et blanc du sol.
En plus des deux meubles lavabo, je crée un placard suspendu en OSB couleur cuivre afin de compléter le rangement de la salle de bains.

Le magazine Houzz à aimer cette réalisation,  suivez le guide…

 

Plus d’articles encore !