Accueillant une famille avec un enfant.

L’existant :
Grande bâtisse en pierre de 400 m² environ séparées en deux parties semblables.
Les clients ont fait l’acquisition d’une moitié.
Leur espace est composé de deux plateaux de 100 m² chacun, quasiment carrés, sans relation entre eux hormis deux escaliers extérieurs, l’un principal et l’autre exigu voire même dangereux.
Le rez-de-chaussée porte encore les signes des anciennes cuves vigneronnes partiellement cassées et n’a pour seule ouverture qu’une porte d’entrée et une fenêtre.
Accolée à ce volume une petite extension de 13 m², sans aucun cachet et en très mauvais état…
L’environnement : un petit jardin côté rue, situé nord-est, un autre petit jardin situé sud-ouest calme et sans vis-à-vis avec une belle végétation. Un passage généreux pouvant servir de stationnement sur le troisième côté de la bâtisse.

Le projet:
Les clients souhaitent un espace résolument contemporain et imaginent plutôt une vie à l’étage qui propose de beaux points de vue.
Je propose donc que le rez-de-chaussée accueille les pièces de nuit, la salle de bains et toilettes. Le grand plateau de l’étage sera un généreux salon-cuisine, un bureau et des toilettes d’appoint.

Au rez-de-chaussée je crée une entrée généreuse et lumineuse avec rangement chaussures et vestiaire donnant sur un escalier qui dessert l’étage.
Un joli couloir distribue la chambre enfant, la salle de bains, une belle chambre parentale avec un dressing attenant ouvert et enfin les toilettes.
Un jeu de lumières tamisées valorise la présence des anciennes cuves, volontairement préservées, qui font le lien avec l’histoire du lieu.

Il est incontournable de casser la petite extension du rez-de-chaussée qui aurait été trop onéreuse à restaurer. Cette démolition se fait au profit d’une extension en bois à l’emprise au sol à peine plus généreuse, 19 m².
Cet espace deviendra l’espace jour de l’enfant, baigné de lumière grâce aux différentes ouvertures, notamment un grand panoramique avec vue sur la végétation.
On accède à l’espace nuit par une large porte coulissante.
Très agréable salle de jeux, l’enfant est encore jeune, cette pièce pourra être réaménagée en bureau spacieux ou en chambre d’appoint grâce à son entrée indépendante.

Surplombant cette extension et faisant office de toiture, je fais la proposition d’une large terrasse de 21 m² qui serait de plain-pied avec le premier étage. ( La réalisation de cet espace se fera dans un deuxième temps pour des questions budgétaires )
A l’étage, une très belle ferme centrale mérite de rester visible, le choix d’une cuisine ouverte s’impose. Je dessine un grand volume offrant toute la perspective nécessaire à valoriser les rampants du plafond et la ferme centrale.
Ce volume est un concentré de fonctionnalités diverses, une cuisine généreuse avec de grands placards cachés et un agréable plan de travail ouvert sur le salon, un bureau d’appoint, un grand placard de rangement. J’ai intégré des toilettes inexistantes à ce niveau.

L’escalier :
La création d’une trémie dans le plancher fut périlleuse, la dalle d’origine étant doublée par les plafonds des cuves à vin en béton armé.
Malgré cela j’augure qu’une trémie généreuse est nécessaire et que l’escalier sera un élément important de chaque étage.
Voulant éviter la création de nombreuses ouvertures au rez-de-chaussée pour des raisons d’économie budgétaire, je dessine un escalier sans contremarches afin de laisser pénétrer la lumière d’une porte fenêtre de l’étage jusqu’au rez-de-chaussée.
Je fais le choix de marches en chêne et de limons et garde corps en acier et verre. L’ensemble donne une sensation de grande légèreté, le dessin du garde-corps tente à faire disparaître les rampes.

Ouvertures :
Des menuiseries alu noires sablées dessinent parfaitement les ouvertures sur la façade en pierre. Des gardes corps en bois lamellé viennent contraster et créer le lien avec l’extension et les futurs gardes corps de la terrasse.
Les portes fenêtres de l’étage qui donnent sur la terrasse sont en galandage pour faciliter le passage et profiter d’une ouverture complète.

Couleurs et Matières :
Au rez-de-chaussée un plancher vieilli en chêne fumé isole de la dalle béton d’origine et rappelle le caractère ancien de la bâtisse.
À l’étage le granito existant est recouvert d’un béton résiné ciré.
Dans la chambre parentale et les toilettes de jolis papiers peints à motifs singularisent chaque lieu.
Le couloir valorisant les cuves arbore les couleurs lie-de-vin qui rappellent l’histoire de la maison.
Une rangée de placards-murs de la cuisine crée la surprise par le choix d’un papier peint crocodile doré vieilli.
Une jolie mosaïque mordorée dans la salle de bains se confronte au noir lauze du carrelage et de la faïence.

Plus d’articles encore !